Photos, livres, aventures.

La neige, le Mexique et le sang





Ah! comme la neige a neigé!
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah! comme la neige a neigé!
Qu'est-ce que le spasme de vivre
A la douleur que j'ai, que j'ai!


Que l'on se rassure, je n'ai pas retouché à la vodka depuis samedi dernier et je n'ai pas non plus sombré dans les affres de la dépression hivernale.
Les lecteurs québécois auront reconnu les premiers vers du plus connu des poèmes d'Émile Nelligan, qu'ils ont certainement appris par coeur à l'école, pour les autres, sachez qu'il s'agit de l'un des deux poètes québécois les plus officiellement consacrés, l'autre étant Gaston Miron. Attention, je n'ai pas dit "bon", mais "officiel", ce qui rappelle le désespérant manque d'imagination et de renouvellement des gouvernements lorsqu'il s'agit de culture.

En fait, tout ça c'était pour dire que l'hiver étant enfin là, il va être temps de penser à se réchauffer (ah! sagesse populaire, quand tu nous tiens!). Pour cela, on peut s'acheter un manteau à 600$ que vous garderez même pour dormir (étant entendu qu'à ce prix là vous n'allez pas en plus vous ruiner en chauffage électrique). On peut aussi s'injecter de la poutine de patates douces en intraveineuse, ça aide à épaissir le sang.
Une autre solution consiste à lire des livres ensoleillés. Par exemple, vous pourriez commencer par L'Escadron guillotine, de Guillermo Arriaga, fraîchement paru aux merveilleuses éditions Phébus. Arriaga, plus connu comme scénariste de Amours chiennes, 21 grammes et Trois enterrements, nous offre ici un roman court et pétillant dans lequel on suit les mésaventures d'un ambitieux bourgeois incorporé malgré lui dans la prestigieuse Division Del Norte de Pancho Villa, en pleine révolution . Guillotine, mezcal et humour noir se mélangent à merveille et l'on passe un très bon moment.
Pour faire suite à cette aventure mexicaine et pour rester dans cette zone tumultueuse, entre le nord du Mexique et le sud des États-Unis, quoi de mieux que de franchir le Méridien de sang, de Cormac McCarthy? Paru en France en 1988, ce n'est pas exactement une nouveauté, mais il fait partie du programme que je me suis fixé de rattrapage des "livres à lire bien qu'ils aient existé avant que je naisse à la lecture".
Voici donc un roman crépusculaire à l'écriture minérale, où la nature est omniprésente. Une bande de brutes sans scrupules et sanguinaires arpentent les déserts de Chihuahua et Sonora et y massacrent les Indiens pour cent dollars le scalp. Dans les Inrocks de l'époque, Philippe Garnier disait de ce livre qu'il était un mélange de la Horde sauvage et de Moby Dick.
Il avait bien raison.





(Méridien de sang est disponible en poche dans la collection "Points".)



1 commentaire:

iem a dit…

Ce livre est absolument génial !